Thérapie analytique par e-mail ou tchat avec Leo Lavoie, thérapeute et psychanalyste

Transfert et contre transfert
Accueil
TÉMOIGNAGES
NOUVEAUX TARIFS ET MODALITÉS
En ligne ça vous intéresse? Voici comment procéder
NOUVEAU!! QUESTION DE VOUS & RÉPONSE DU PSY
LE SECRET DU BONHEUR (ENFIN!)
Ma technique
Vous préférez le direct en tchat privé sur rendez-vous?
La thérapie analytique et psychanalyse en ligne c'est comment?
Qu'est-ce qui fait qu'un thérapeute analytique ou un psychanalyste est compétent?
La discipline Néo Freudienne de thérapie analytique
Quelques travaux
Profil du thérapeute / psychanalyste
Mon parcours
Services
Déclaration de confidentialité
Transfert et contre transfert
Suggestions? Questions?Contactez-moi!
MON FORUM: MONTRÉAL PSY
Mes liens favoris

Dans le texte qui suit le masculin est utilisé pour facilité de lecture seulement, tout est applicable aux deux sexes.

Tous les textes et articles de ce site n'engagent que l'auteur: Leo Lavoie

 

Le transfert 

 

Le transfert est un phénomène qui se produit dans toutes nos relations avec tout le monde et avec tous les gens qui nous entourent. Nous avons cette tendance à projeter l’image d’une représentation de personnage qui réside déjà dans notre inconscient sur les gens. Quelquefois, cette représentation semble se trouver autant dans notre conscient que dans notre inconscient, mais c’est surtout parce que nous faisons aussi  un lien conscient avec la personne et la représentation.

 

Dans une relation thérapeutique, le thérapeute, avec son soi-disant rôle d’autorité et aussi avec ce rôle de la personne « aimante » et « qui prend soin » du client, sera souvent l’objet d’un transfert intense de la part du client. Ce dernier projettera alors, plus ou moins inconsciemment, la représentation imagée d’un parent aimant et, de ce fait, il pourra alors revivre des relents de son complexe d’Œdipe ou de sa relation avec le parent du même sexe.  Il ressentira habituellement un « amour » plus ou moins fort pour le thérapeute. Ceci est normal et sera résolu dans le cours normal de la thérapie. C’est pour cela que Freud appelait ce phénomène « transfert amoureux ».

 

Dans des cas moins fréquents, ce transfert prendra la forme d’une haine ou d’un dépit parce que la représentation, pour des raisons hors de tout contrôle, correspondra à une personne dans l’enfance du client; un  parent ou autre, qui fut plus mauvais que bon pour le client. Dans les deux cas, l’apparence du thérapeute, ses manières, sa façon de s’exprimer, ou comment il sera imaginé si (comme dans le cas de ce site) tout est fait par écrit et ainsi de suite, détermineront  la direction prise par le transfert ainsi que de son intensité. Le sexe du client et celui du thérapeute peuvent, évidemment, y jouer un grand rôle. Mais nous n’avons, en général, aucune difficulté à projeter ce que notre subconscient veut bien projeter peux importe qui est devant nous. Cependant,  la représentation projetée dans le transfert peut aussi changer au cours de la thérapie et aller de négatif en positif et vice versa.

 

Habituellement, le transfert est préférablement présent et il est positif pour avoir les meilleurs résultats. Autrement, le thérapeute serait bien avisé de référer le client à un  autre thérapeute si c'est possible.

 

Le contre transfert

 

Le contre transfert est, évidemment, la réaction inévitable du thérapeute envers le transfert du client ou envers le client. Ici aussi, il est préférable qu’il soit positif. Mais le thérapeute est la seule personne qui doit gérer cette dynamique appelée transfert / contre transfert.

Plus il est compétent et mature et plus il saura gérer le transfert d’une façon utile de façon à améliorer la qualité de la thérapie et non pas la ralentir ou contrecarrer son cours normal. Il y aura toujours la personne charmante et séduisante qui démontrera des signes de « transfert amoureux » intenses, et les bons thérapeutes compétents; ceux qui ont résolus leur propres problèmes psychologiques en thérapie eux-mêmes, surmonteront facilement une tentation possible, ou ne tomberont tout simplement pas en tentation.

 

Ceci est une question très sérieuse que nul psychiatre, psychologue ou toutE autre sorte de thérapeute ne pourront surmonter PAR EUX-MÊMES S’ILS N’ONT PAS CONSULTÉ ET RESOLU LEURS PROBLÈMES EN THÉRAPIE ANALYTIQUE OU PSYCHANALYSE, MÊME SI LES PSYCHIATRES ET PSYCHOLOGUES SONT TRÈS AU FAITS DE CETTE QUESTION; IL NE SUFFIT TOUT SIMPLEMENT PAS DE SAVOIR.